BOX _ FB

RECHERCHE PAR ANNEES - REALISATEURS

NAME : Satyajit Ray  |  Andrei Tarkovski  |  Thomas Vinterberg  |  Sergei Mikhailovitch Eisenstein  |  Wim Wenders  |  Jim Jarmusch  |  Jean-Luc Godard  |  Orson Welles  |  David Lynch  |  Wong Kar Wai  |  Isidore Isou  |  Martin Scorsese  |  Ettore Scola  |  Clyde Bruckman  |  Buster Keaton  |  Vittorio de Sica  |  John Huston  |  Francis Ford Coppola  |  Elia Kazan  |  Terry Gilliam  |  Brian de Palma  |  Dino Risi  |  Michael Curtiz  |  Kim Ki-Duk  |  Stanley Kubrick  |  Charlie Chaplin  |  Darren Aronofsky  |  Arthur Penn  |  Sylvain Chomet  |  Stanley Donen  |  Gene Kelly  |  Glauber Rocha  |  Mathieu Kassovitz  |  Henri-Georges Clouzot  |  Alain Corneau  |  Alan Parker  |  Marcel Pagnol  |  Marcel Carné  |  John Cassavetes  |  Charles Laughton  |  John Schlesinger  |  Sidney Lumet  |  Ingmar Bergman  |  Francois Truffaut  |  Mario Monicelli  |  Sergio Leone  |  Dalton Trumbo  | 

YEAR : 1925  |  1926  |  1931  |  1938  |  1939  |  1940  |  1941  |  1942  |  1948  |  1949  |  1951  |  1952  |  1953  |  1954  |  1955  |  1962  |  1964  |  1965  |  1966  |  1967  |  1968  |  1969  |  1970  |  1971  |  1974  |  1976  |  1977  |  1979  |  1980  |  1981  |  1982  |  1983  |  1984  |  1985  |  1986  |  1987  |  1990  |  2000  |  2002  |  2003  | 

MOVIE : Charulata | Satyajit Ray | 1964 M le Maudit | Fritz Lang | 1931 Festen | Thomas Vinterberg | 1998 Offret | Le Sacrifice | Andrei Tarkovski | 1986 Le Cuirassé Potemkine | S.M. Eisenstein | 1925 Raging Bull | Martin Scorsese | 1980 Brutti Sporchi e Cattivi | Ettore Scola | 1976 The General | Clyde Bruckman, Buster Keaton | 1926 Ladri di Biciclette | Vittorio de Sica | 1948 The Maltese Falcon | John Huston | 1941 Rumble Fish | Francis Ford Coppola | 1983 Les Ailes du Désir | Wim Wenders | 1987 Traité de Bave et d'Eternité | Isidore Isou | 1951 On the Waterfront | Elia Kazan | 1954 Brazil | Terry Gilliam | 1985 Down by Law | Jim Jarmusch | 1986 Alphaville | Jean-Luc Godard | 1965 Scarface | Brian de Palma | 1984 Le Fanfaron | Dino Risi | 1962 Casablanca | Michael Curtiz | 1942 Citizen Kane | Orson Welles | 1941 In Mood For Love | Wong Kar Wai | 2000 Printemps, été, automne, hiver ... et printemps | Kim Ki-Duk | 2003 Dr. Strangelove | Stanley Kubrick | 1964 Third Man | Carol Reed | 1949 The Great Dictator | Charles Chaplin | 1940 Requiem for a Dream | 2000 | Darren Aronofsky Bonnie And Clyde | 1967 | Arthur Penn Les Triplettes de Belleville | 2003 | Sylvain Chomet Singin'in the Rain | 1952 | Stanley Donen et Gene Kelly Antonio das Mortes | Glauber Rocha | 1969 La Haine | 1995 | Mathieu Kassovitz Le Salaire de la peur | 1953 | Henri-Georges Clouzot C'eravamo Tanto Amati | 1974 | Ettore Scola Série Noire | 1979 | Alain Corneau Pink Floyd | Wall | 1982 | Alan Parker A Clockwork Orange | 1971 | Stanley Kubrick La Femme du Boulanger | 1938 | Marcel Pagnol Le Jour se Lève | 1939 | Marcel Carné Hôtel du Nord | 1938 | Marcel Carné Faces | 1968 | John Cassavetes La Nuit du Chasseur | 1955 | Charles Laughton Macadam Cowboy | 1969 | john Schlesinger Douze Hommes en colère | 1957 | Sidney Lumet Fahrenheit 451 | 1966 | Francois Truffaut La Valse des Pantins | 1983 | Martin Scorsese Le Pigeon | 1958 | Mario Monicelli Le Visage | 1957 | Ingmar Bergman Le Beau Serge | 1959 | Claude Chabrol Maarek Hob | 2003 | Danielle Arbid Rosetta | 1998 | Luc et Jean-Pierre Dardenne The Servant | 1963 | Joseph Losey Glenn Ford Quentin Tarantino Shohei Imamura Patrick Dewaere John Cassavetes Il Buono, il Brutto e il Cattivo | The Bad, The Good and The Ugly | Sergio Leone | 1966 Sergio Leone Johnny Got His Gun | Dalton Trumbo | 1971 David Lynch | Rabbits | 2002 David Lynch | Symphony No. 1 : The Dream of the Broken Hearted | 1990 David Lynch | Eraserhead | 1977

Rechercher sur le Blog 7 Art Cinema

Chargement...

Antonio das Mortes | Glauber Rocha | 1969


Titre : Antonio Das Mortes

Titre original : O Dragão da Maldade contra o Santo Guerreiro

Réalisation : Glauber Rocha

Scénario : Glauber Rocha

Production : Luiz Carlos Barreto, Claude-Antoine, Glauber Rocha et Zelito Viana

Musique : Marlos Nobre

Photographie : Affonso Beato

Montage : Eduardo Escorel

Décors : Glauber Rocha, Hélio Eichbauer, Paulo Gil Soares et Paulo Lima

Costumes : Hélio Eichbauer, Paulo Lima, Glauber Rocha et Paulo Gil Soares

Pays d'origine : Brésil

Format : Couleurs - Mono

Durée : 100 minutes

Date de sortie : 1969

Distribution :
Maurício do Valle : Antonio das Mortes
Odete Lara : Laura
Othon Bastos : L'instituteur
Hugo Carvana : Le commissaire Mattos
Jofre Soares : Le colonel Horácio
Lorival Pariz : Coirana



Glauber Rocha, apôtre du tiers-monde

"Je n'ai pas honte de dire que mes films sont produits par la douleur, par la haine, par un amour frustré et impossible, par l'incohérence du sous-développement." Ainsi parlait Glauber Rocha, météore du cinéma brésilien.

Article de Florence Colombani paru en décembre 2006 « Le Monde »

Né en 1938 à Vitoria de Conquista (Brésil), Rocha reçoit une éducation strictement religieuse. Après trois ans de droit, il devient journaliste culturel et révèle un véritable talent de théoricien. Tâtant d'abord du court métrage puis de la production, il signe son premier long-métrage en 1962. Barravento raconte l'histoire d'un homme qui tente de libérer les pêcheurs de son village d'une obéissance aveugle à leur religion. Le film fait le tour des festivals et suscite l'admiration d'Alberto Moravia.

En 1964, Le Dieu noir et le Diable blond impose Rocha comme un cinéaste de premier plan. Négligeant ostensiblement la narration classique, le cinéaste marie l'allégorie philosophique et le naturalisme stylistique. La même année, un coup d'Etat militaire au Brésil vient couper court à l'effervescence libertaire du début des années 1960. Le Dieu noir et le Diable blond marque la première apparition dans le cinéma de Rocha du personnage d'Antonio das Mortes, tueur à la solde des propriétaires terriens qui reviendra en 1969, dans le film Antonio das Mortes, en justicier au service du peuple.

Entre-temps, à Gênes, en Italie, Rocha présente, dans le cadre d'un colloque sur le tiers-monde, son manifeste L'Esthétique de la faim. En 1967, il réalise Terre en transe, pierre angulaire du Cinema Novo, ce jeune cinéma brésilien qui revendique avec fougue son statut de déshérité et son combat politique. En 1969, Jean-Luc Godard filme Rocha dans Vent d'est, une réflexion sur la tentation révolutionnaire.

Au sein de sa génération, Rocha se distingue de ses camarades de lutte, Nelson Pereira dos Santos (Sécheresse, 1963) ou Ruy Guerra (Les Fusils, 1965), par son goût pour le baroque flamboyant. Les années 1970 le voient mener diverses aventures. La première est africaine, avec le tournage au Congo du Lion à sept têtes, une réflexion ambitieuse sur le langage esthétique et politique du cinéma qui emprunte à Brecht et à Godard. La seconde est politique : en 1978, Rocha, rentré au pays après cinq ans d'exil, est candidat au poste de gouverneur de l'Etat de Bahia. Sa défaite le laisse meurtri. Au Festival de Venise en 1980, son Age de la terre est mal accueilli, et le cinéaste dérape en traitant Louis Malle (Lion d'or pour Atlantic City) de " fasciste ". En 1981, Glauber Rocha meurt, à l'âge de 42 ans, laissant derrière lui dix longs métrages et une profusion d'articles et de livres.



Un chant d'espérance et de liberté

"Antonio das Mortes" rend au cinéma sa grandeur et sa magie ", écrivait Yvonne Baby en préambule de sa critique dans " Le Monde " du film de Glauber Rocha, lors de sa projection au Festival de Cannes 1969

Article de Yvonne Baby paru en mai 1969 « Le Monde »

C'est un film étonnant d'inspiration, de liberté, de richesse et de lyrisme. Ce romancero mêlant le sublime au tragique et tenant du drame et de l'opéra, a été le choc du Festival. Choc mais non révélation, car son auteur, le Brésilien Glauber Rocha, nous le connaissions déjà par deux de ses films, Dieu noir et Diable blond et Terre en transe, projetés à Cannes, l'un en 1964 et l'autre en 1967.

Spectacle total, représentation, dramatisation volontairement et justement explosive de la réalité et des mythes du Brésil, Antonio das Mortes est la suite naturelle - et d'une certaine manière la synthèse - du Dieu noir et Diable blond et de Terre en transe. La réflexion de Rocha se fait, cette fois, à partir d'une fable liée à une tradition, à une culture populaire et qui, bien évidemment, éclaire la situation actuelle de l'Amérique latine.

Célèbre " tueur de cangaceiros ", Antonio das Mortes est appelé par le coronel (propriétaire terrien qui règne sur la région) pour réprimer la révolte des beatos, paysans pauvres opprimés du sertao dont le mysticisme primitif est incarné par une femme, " sainte ", partageant leur vie. Autour du coronel aveugle et guidé par son valet espion Batista, il y a sa femme, un prêtre, un commissaire de police, un professeur que le désenchantement et la lâcheté conduisent à l'alcoolisme. Parmi les beatos, un homme jeune, ardent, Coirana, tente de prendre la tête du soulèvement pour continuer le combat du chef cangaceiro Lampiao, mort héroïquement.

Antonio das Mortes devra donc tuer Coirana, de même qu'il avait assassiné Lampiao. Ce qu'il fera, au cours d'un duel scandé par les battements de mains et les chants (la macumba) des paysans intervenant en quelque sorte comme les choeurs d'une tragédie. " Le jour où Coirana viendra finira l'obéissance, et s'il meurt le reste du peuple mourra de misère ", disent les " beatos " que rejoindra bientôt Antonio das Mortes à la suite d'une crise personnelle et d'événements sanglants.

Ce chevalier au service du pouvoir et d'une cause, au fond, perdue, ce solitaire en cape, chapeau et bottes sombres, dont la massive silhouette qui se profile à l'horizon du sertao hantera longtemps notre mémoire, n'accepte plus les injustices, les humiliations, les souffrances et, de l'autre côté, la corruption et la cruauté. Il va vers le camp où sa conscience l'entraîne, il se désolidarise complètement de la répression qu'organise le coronel avec le soutien de tueurs. Il porte lui-même le corps de Coirana - les bras en croix contre un arbre, le cangaceiro évoque le Christ - et au massacre des paysans, il répond par les armes (...) pour venger ses nouveaux compagnons. Puis, toujours seul, il reprend la route où il croise - signes de la " civilisation " - les camions, les voitures, les autocars. Derrière lui, il a laissé l'unique survivant des beatos, un Noir qui, à cheval avec la " sainte " (l'image est saisissante), est conduit par le prêtre portant un fusil en bandoulière.

Dans O Dragão da maldade contra o santo guerreiro (" Le Dragon de la méchanceté contre le saint guerrier ", titre original d'Antonio das Mortes), le guerrier, c'est le Noir ; Rocha s'étant inspiré du mythe de saint Georges, très populaire au Brésil.

Cinéma d'action autant que de stylisation - ainsi l'exigent toute épopée, toute légende - ce film émeut et captive par sa beauté, par sa force. Et si la couleur est si importante, c'est qu'elle a un rôle actif, indépendamment de sa fonction esthétique. On pourrait dire que le blanc de la pureté (la " sainte ") contraste avec le noir de la tragédie et avec le rouge de la violence, cette violence qui pourrait choquer certains mais qui, traditionnellement, existe dans ce pays. De plus, ce qui frappe, c'est qu'ici le sang nous donne le sentiment du vrai et que la rébellion, dans son anarchie, sa sauvagerie, exprime un désir de changement social, politique, historique. Car Antonio das Mortes est, pour tout un peuple, un chant d'espérance et de liberté.



La guerre sans fin

Article de Cyril Béghin paru dans les « Cahiers du cinéma »
A lire : Le Siècle du cinéma, de Glauber Rocha, ed. Yellow Now

" Ici explose la guerre sans fin ", dit lentement la sainte du peuple, en robe blanche, à Antonio das Mortes, le tueur de cangaceiros. Cette vierge oracle parle d'un combat qui n'en finit pas de reprendre, celui du Dragão da maldade contra o santo guerreiro, du " Dragon de la méchanceté contre le saint guerrier ", comme l'annonce le titre original : lutte d'un peuple exsangue face à ceux qui les accablent, et ici, dans le contexte brésilien, lutte de la paysannerie, défendue par les cangaceiros, face aux propriétaires terriens et leurs tueurs à gages. Mais elle parle tout autant du film, litanie tonitruante, paysage rude planté d'oriflammes, explosante infinie qui alterne de longues plages aussi silencieuses et hiératiques que les plaines du Nordeste avec de violents tumultes chromatiques (c'est le premier film en couleur de Glauber Rocha) et sonores (les balades de Sergio Ricardo y côtoient la modernité du compositeur Marlos Nobre).

Et la sainte se fait aussi, enfin, la voix de la destinée mythique d'Antonio das Mortes, personnage créé par Rocha dans Le Dieu noir et le Diable blond (1964), mais que l'histoire n'a pas voulu abandonner à ce seul film. Antonio lui-même, masse brute en long manteau, ralenti, assombri, est comme stupéfait de se retrouver à nouveau là, fusil en main, à devoir encore tuer un cangaceiro - il pensait que le diable blond était " le dernier ", et que les temps avaient changé. Or les temps ne changent jamais tout à fait chez Rocha, comme le prouvera en 1980 le grand carnaval archaïque et le titre même de son dernier film : L'Age de la terre. Les mythes sont plus vieux que l'humanité et, " comme pour les frères Lumière, le Cinema Novo commence à chaque film de zéro, balbutiant un alphabet brutal qui signifie tragiquement : "civilisation sous-développée" " (Rocha dans son livre Revoluçao do Cinema Novo).

La guerre sans fin, c'est aussi l'agonie interminable du cangaceiro Coirana, qui, une fois éventré par Antonio das Mortes, passe d'une place de village à l'anfractuosité gigantesque d'une montagne, puis de cette montagne à l'étendue aride du sertão. Trois lieux où miroitent les trois faces du puissant style syncrétique de Rocha, constante alternance entre la distanciation théâtrale, la précision chorégraphique de longs plans-séquences, la sauvagerie ou l'extase de rituels et de défilés saisis par une caméra mouvante et un montage abrupt.

S'il est parfois brutal, l'alphabet de Rocha est donc singulièrement riche. Le théâtre sur la place du village ou dans la nature, l'hubris populaire dans la rue ou la montagne, la mise en scène moderne, avec ses espaces vides et ses temporalités élastiques, en plein sertão ou dans la maison du coronel : Antonio das Mortes emporte tout cela dans un seul grand mouvement génial, triomphe d'hybridation qui marque à la fois un aboutissement et une renaissance dans l'oeuvre de Rocha.

L'agonie de Coirana traverse, sans ostentation, toute la diversité des mises en scène, parce qu'elle détient le secret de la rupture du cinéaste : les films suivants de Rocha, du méconnu Cancer (1968-1972) à L'Age de la terre, en passant par Claro (1975) ou le sublime court-métrage Di Cavalcanti (1977), seront parmi les plus libres du cinéma des années 1970. S'exilant du Brésil dictatorial et appliquant son programme d'un " cinéma tricontinental ", il travaille à Cuba, au Congo, en Espagne, en Italie, et semble rendre dans chacun de ses nouveaux films des hommages à ses cinéastes frères ou oncles : Buñuel, Pasolini, Godard, dont il intègre et recycle les imageries ou les lieux à l'intérieur de son propre style.

Rocha dévore le cinéma, et, simultanément, Antonio das Mortes voyage avec lui à travers les films : le western italien reprend sa silhouette (Sergio Leone l'a retenu du Dieu noir), Fassbinder lui rend hommage (un sosie allemand dans Le Voyage à Niklashausen, en 1970). Ainsi Antonio das Mortes est, pendant quelque temps, devenu un mythe au-delà du film, portant la guerre sans fin partout où passait son image, tandis que le guerrier Rocha se battait sur tous les fronts du cinéma.





Extrait : Antonio das Mortes (1969) Glauber Rocha




Aucun commentaire: