BOX _ FB

RECHERCHE PAR ANNEES - REALISATEURS

NAME : Satyajit Ray  |  Andrei Tarkovski  |  Thomas Vinterberg  |  Sergei Mikhailovitch Eisenstein  |  Wim Wenders  |  Jim Jarmusch  |  Jean-Luc Godard  |  Orson Welles  |  David Lynch  |  Wong Kar Wai  |  Isidore Isou  |  Martin Scorsese  |  Ettore Scola  |  Clyde Bruckman  |  Buster Keaton  |  Vittorio de Sica  |  John Huston  |  Francis Ford Coppola  |  Elia Kazan  |  Terry Gilliam  |  Brian de Palma  |  Dino Risi  |  Michael Curtiz  |  Kim Ki-Duk  |  Stanley Kubrick  |  Charlie Chaplin  |  Darren Aronofsky  |  Arthur Penn  |  Sylvain Chomet  |  Stanley Donen  |  Gene Kelly  |  Glauber Rocha  |  Mathieu Kassovitz  |  Henri-Georges Clouzot  |  Alain Corneau  |  Alan Parker  |  Marcel Pagnol  |  Marcel Carné  |  John Cassavetes  |  Charles Laughton  |  John Schlesinger  |  Sidney Lumet  |  Ingmar Bergman  |  Francois Truffaut  |  Mario Monicelli  |  Sergio Leone  |  Dalton Trumbo  | 

YEAR : 1925  |  1926  |  1931  |  1938  |  1939  |  1940  |  1941  |  1942  |  1948  |  1949  |  1951  |  1952  |  1953  |  1954  |  1955  |  1962  |  1964  |  1965  |  1966  |  1967  |  1968  |  1969  |  1970  |  1971  |  1974  |  1976  |  1977  |  1979  |  1980  |  1981  |  1982  |  1983  |  1984  |  1985  |  1986  |  1987  |  1990  |  2000  |  2002  |  2003  | 

MOVIE : Charulata | Satyajit Ray | 1964 M le Maudit | Fritz Lang | 1931 Festen | Thomas Vinterberg | 1998 Offret | Le Sacrifice | Andrei Tarkovski | 1986 Le Cuirassé Potemkine | S.M. Eisenstein | 1925 Raging Bull | Martin Scorsese | 1980 Brutti Sporchi e Cattivi | Ettore Scola | 1976 The General | Clyde Bruckman, Buster Keaton | 1926 Ladri di Biciclette | Vittorio de Sica | 1948 The Maltese Falcon | John Huston | 1941 Rumble Fish | Francis Ford Coppola | 1983 Les Ailes du Désir | Wim Wenders | 1987 Traité de Bave et d'Eternité | Isidore Isou | 1951 On the Waterfront | Elia Kazan | 1954 Brazil | Terry Gilliam | 1985 Down by Law | Jim Jarmusch | 1986 Alphaville | Jean-Luc Godard | 1965 Scarface | Brian de Palma | 1984 Le Fanfaron | Dino Risi | 1962 Casablanca | Michael Curtiz | 1942 Citizen Kane | Orson Welles | 1941 In Mood For Love | Wong Kar Wai | 2000 Printemps, été, automne, hiver ... et printemps | Kim Ki-Duk | 2003 Dr. Strangelove | Stanley Kubrick | 1964 Third Man | Carol Reed | 1949 The Great Dictator | Charles Chaplin | 1940 Requiem for a Dream | 2000 | Darren Aronofsky Bonnie And Clyde | 1967 | Arthur Penn Les Triplettes de Belleville | 2003 | Sylvain Chomet Singin'in the Rain | 1952 | Stanley Donen et Gene Kelly Antonio das Mortes | Glauber Rocha | 1969 La Haine | 1995 | Mathieu Kassovitz Le Salaire de la peur | 1953 | Henri-Georges Clouzot C'eravamo Tanto Amati | 1974 | Ettore Scola Série Noire | 1979 | Alain Corneau Pink Floyd | Wall | 1982 | Alan Parker A Clockwork Orange | 1971 | Stanley Kubrick La Femme du Boulanger | 1938 | Marcel Pagnol Le Jour se Lève | 1939 | Marcel Carné Hôtel du Nord | 1938 | Marcel Carné Faces | 1968 | John Cassavetes La Nuit du Chasseur | 1955 | Charles Laughton Macadam Cowboy | 1969 | john Schlesinger Douze Hommes en colère | 1957 | Sidney Lumet Fahrenheit 451 | 1966 | Francois Truffaut La Valse des Pantins | 1983 | Martin Scorsese Le Pigeon | 1958 | Mario Monicelli Le Visage | 1957 | Ingmar Bergman Le Beau Serge | 1959 | Claude Chabrol Maarek Hob | 2003 | Danielle Arbid Rosetta | 1998 | Luc et Jean-Pierre Dardenne The Servant | 1963 | Joseph Losey Glenn Ford Quentin Tarantino Shohei Imamura Patrick Dewaere John Cassavetes Il Buono, il Brutto e il Cattivo | The Bad, The Good and The Ugly | Sergio Leone | 1966 Sergio Leone Johnny Got His Gun | Dalton Trumbo | 1971 David Lynch | Rabbits | 2002 David Lynch | Symphony No. 1 : The Dream of the Broken Hearted | 1990 David Lynch | Eraserhead | 1977

Rechercher sur le Blog 7 Art Cinema

Chargement...

On the Waterfront | Sur les Quais | Elia Kazan | 1954


Titre original : On the Waterfront | Sur les quais

Réalisation : Elia Kazan

Acteurs principaux : Marlon Brando (Terry Malloy), Karl Malden (Père Barry), Eva Marie Saint (Edie Doyle), Lee J. Cobb (Johnny Friendly), Rod Steiger (Charley 'Monsieur' Malloy), Pat Henning (Timothy J. 'Kayo' Dugan), Leif Erickson (Glover, de la Commission criminelle), James Westerfield (Big Mac, le patron du quai), John F. Hamilton ('Pop' Doyle (sous le nom John Hamilton))...

Scénario : Budd Schulberg

Costumes : Anna Hill Johnstone, Flo Transfield

Photographie : Boris Kaufman

Montage : Gene Milford

Musique : Leonard Bernstein

Production : Sam Spiegel

Société(s) de production : Columbia Pictures, Horizon Pictures

Société(s) de distribution Columbia Pictures

Pays d’origine : États-Unis

Durée : 108 minutes (1 h 48)

Sortie : 28 juillet 1954






Elia Kazan

Roi de Broadway et prince d'Hollywood, Elia Kazan est au sommet de la gloire quand, un jour de 1952, il devient un "témoin amical" de la Commission des activités antiaméricaines (HUAC) et donne les noms de dix anciens camarades du Parti communiste. Acte de délation qui fait basculer sa vie comme sa carrière. Hanté par la culpabilité, Kazan abandonne les films "à sujet", sa spécialité, et se lance dans une oeuvre intime et bouleversante qui marque de façon indélébile une génération de cinéastes surdoués, de Martin Scorsese à Francis Ford Coppola.

1909 Naissance d'Elia Kazanjioglou à Constantinople (Turquie) dans une famille grecque d'Anatolie.

1913 Arrivée à New Rochelle, dans l'Etat de New York.

1934-1936 Membre du Parti communiste. Fondation du Group Theater, qui deviendra l'Actors Studio.

1947-1948 Création à Broadway de Mort d'un commis voyageur, d'Arthur Miller, et d'Un tramway nommé Désir, de Tennessee Williams. Oscar du meilleur réalisateur pour Le Mur invisible.

1951 Un tramway nommé Désir, quatre Oscars d'interprétation.

1954 Sur les quais, huit Oscars.


1955 A l'est d'Eden.

1956 Baby Doll.

1960 Le Fleuve sauvage.

1961 La Fièvre dans le sang.

1963 America America.

1969 L'Arrangement.

1972 Les Visiteurs.

1976 Le Dernier Nabab.

2003 Mort à New York.



Sur les quais


LE TALENT D'ELIA KAZAN ATTEINT ICI SA PLÉNITUDE

C'est un vrai film. Un film qui redonne confiance. Un film qui prouve que le cinéma est un moyen d'expression irremplaçable, un art dont les qualités spécifiques n'appartiennent ni au roman, ni au théâtre. Seul le cinéma pouvait atteindre à ce mélange de souplesse et de rigueur dans la conduite du récit ; à cette alliance d'esthétisme et de réalisme dans l'évocation de la vie ; surtout à cet étrange pouvoir d'envoûtement qui finit par peser sur les spectateurs... Sur les quais est, en effet, un film qui envoûte. S'il existe une sorcellerie de l'écran, ne doutons pas qu'Elia Kazan en connaît les secrets. (...)

Des dockers sont soumis aux lois d'un gang de l'embauche contre lequel ils n'osent se révolter. Devant l'oppression ils restent "D and D", deaf and dumb, c'est-à-dire sourds et muets. Et quand l'un d'eux ose dire ce qu'il sait, le gang aussitôt le supprime... Au moment où commence le film, un ouvrier vient d'être assassiné. Parmi les hommes qui ont pris part au meurtre se trouve un ancien boxeur dévoyé, que la paresse et le vice ont transformé en une petite gouape sauvage, entièrement livrée à ses instincts. Mais, au fond de cet être perdu, la conscience n'est pas tout à fait morte. (...)

Le thème du film est donc celui de la lutte contre les forces du mal. Thème qui se dédouble en passant tour à tour du plan particulier au plan général, mais qui ne cesse de garder son unité interne : c'est en définitive parce que le héros se repent de ses fautes que les dockers sont délivrés de l'oppression du gang. La justice ne triomphe (...) qu'avec le secours de la morale la plus traditionnelle. Comme, d'autre part, ce revirement psychologique du personnage incarné par Brando est provoqué par l'amour d'une jeune fille vertueuse et pure, on en arrive à se demander si Sur les quais n'est pas autre chose qu'un bon drame romantique accommodé à la sauce moderne. (...) Tout cela enlève un peu de résonance à l'ouvrage. Et derrière le film existant on ne peut s'empêcher d'imaginer le film dont Kazan a sans doute rêvé et qu'il s'est interdit de faire.



Cette réserve sur le fond n'altère en rien notre admiration pour les qualités formelles de On the Waterfront. Le talent d'Elia Kazan atteint ici sa plénitude. Il nous plonge d'abord dans un univers étouffant et brutal ; puis à mesure que son héros découvre la pureté, la tendresse, ses images s'éclairent et se prolongent vers le ciel et la mer. Le drame personnel du jeune gangster est d'ailleurs évoqué avec une puissance et une pudeur admirables. Nous suivons avec émotion la pathétique aventure de cette âme enfouie dans la boue et renaissant soudain à la lumière. Kazan nous prouve en maître que le cinéma peut être un extraordinaire instrument de description psychologique. (...)

Et Marlon Brando est réellement un très grand comédien. Il faut avoir vu ce visage tuméfié, abruti par les coups et la misère, retrouvant le temps d'un sourire une sorte d'innocence enfantine. (...)

Jean de Baroncelli - Le Monde du 19 janvier 1955




KAZAN, EN RUPTURE

"SUR LES QUAIS" MARQUE UN TOURNANT DANS LA CARRIÈRE DU CINÉASTE

Dans une des premières pièces d'Arthur Miller, Ils étaient tous mes fils, créée à Broadway en 1947 dans une mise en scène d'Elia Kazan, on trouve cet échange entre Mr Keller, patron de sa propre entreprise, et son fils Chris, qui rechigne à prendre sa suite : Chris " J'ai été un bon fils trop longtemps, une bonne poire. C'est fini. " Keller : " Mais tu as une affaire ici, qu'est-ce que tu racontes ? " - " L'affaire ! L'affaire ne m'inspire pas ! " - " Il faut que ça t'inspire ? "

" Il faut que ça t'inspire ? " avait demandé, sarcastique, George Kazanjioglou à son fils Elia, qui voulait devenir acteur au lieu de se vouer corps et âme au commerce des tapis. " Il faut que ça t'inspire ? " interrogeait Isidore Miller, qui possédait, avant le désastre de 1929, une entreprise de confection de vêtements et se trouvait bien démuni face aux aspirations artistiques de son fils. Tout est dit de ce qui lie Elia Kazan et Arthur Miller : cette douleur du fils incompris, qui a osé tracer son chemin loin de " l'affaire " familiale, mais ne s'est jamais vraiment remis d'avoir déçu les attentes paternelles.



Après la création de Mort d'un commis voyageur, Miller et Kazan décident d'écrire ensemble pour le cinéma. Leur sujet ? La tragédie des dockers. On est en pleine chasse aux sorcières, et Kazan choisit de donner des noms. Miller refuse alors tout contact avec son " frère jumeau " et transforme leur projet commun en pièce. Vu du pont (1955) raconte comment un docker dénonce à l'immigration un Sicilien dont sa fille est amoureuse. Amour filial meurtri, vengeance assouvie par la dénonciation : on retrouve ces thèmes dans Sur les quais, que Kazan écrit avec un autre " donneur de noms ", le romancier Budd Schulberg.

LÂCHETÉ OU COURAGE
Miller dénonce la lâcheté de la délation ; Kazan la transforme en courageuse dénonciation. Son Terry Malloy (Marlon Brando), ancien boxeur devenu l'homme à tout faire du mafieux Friendly, décide d'aider la justice. " Je suis content de l'avoir fait ! ", hurle-t-il, et c'est Kazan qui crie avec lui. En confiant le rôle de Friendly - comme un père pour Terry l'orphelin - à Lee J. Cobb, l'interprète du commis voyageur, Kazan révèle la parenté secrète de son film avec le théâtre de Miller.



La tragédie de Terry, c'est d'avoir dû se soumettre trop longtemps à ses deux pères de substitution, Friendly et son frère Charley (Rod Steiger) qui l'a contraint à sacrifier sa carrière de boxeur. En fondant ses grands thèmes pour en faire le drame d'un seul homme, Elia Kazan signe un film magnifique, dur et lyrique.

En 1980, Martin Scorsese proposera une véritable relecture de Sur les quais avec Raging Bull, l'histoire en noir et blanc d'un boxeur épris d'une blonde, trop chic pour lui, et qui plonge dans la déchéance parce que son frère mafieux a truqué l'un de ses matches... Jake LaMotta (Robert De Niro) est un véritable double de Terry Malloy. Le film se clôt sur le monologue de Brando dans la magnifique scène du taxi : " J'aurais pu être quelqu'un de bien, j'aurais pu être un champion au lieu d'un bon à rien... "

Florence Colombani - Le Monde




Bande Annonce VOSTF : On the Waterfront | Sur les Quais (1954) Elia Kazan

1 commentaire:

Horizon Jouenne a dit…

Vraiment beau et bien écrit ton blog !