BOX _ FB

RECHERCHE PAR ANNEES - REALISATEURS

NAME : Satyajit Ray  |  Andrei Tarkovski  |  Thomas Vinterberg  |  Sergei Mikhailovitch Eisenstein  |  Wim Wenders  |  Jim Jarmusch  |  Jean-Luc Godard  |  Orson Welles  |  David Lynch  |  Wong Kar Wai  |  Isidore Isou  |  Martin Scorsese  |  Ettore Scola  |  Clyde Bruckman  |  Buster Keaton  |  Vittorio de Sica  |  John Huston  |  Francis Ford Coppola  |  Elia Kazan  |  Terry Gilliam  |  Brian de Palma  |  Dino Risi  |  Michael Curtiz  |  Kim Ki-Duk  |  Stanley Kubrick  |  Charlie Chaplin  |  Darren Aronofsky  |  Arthur Penn  |  Sylvain Chomet  |  Stanley Donen  |  Gene Kelly  |  Glauber Rocha  |  Mathieu Kassovitz  |  Henri-Georges Clouzot  |  Alain Corneau  |  Alan Parker  |  Marcel Pagnol  |  Marcel Carné  |  John Cassavetes  |  Charles Laughton  |  John Schlesinger  |  Sidney Lumet  |  Ingmar Bergman  |  Francois Truffaut  |  Mario Monicelli  |  Sergio Leone  |  Dalton Trumbo  | 

YEAR : 1925  |  1926  |  1931  |  1938  |  1939  |  1940  |  1941  |  1942  |  1948  |  1949  |  1951  |  1952  |  1953  |  1954  |  1955  |  1962  |  1964  |  1965  |  1966  |  1967  |  1968  |  1969  |  1970  |  1971  |  1974  |  1976  |  1977  |  1979  |  1980  |  1981  |  1982  |  1983  |  1984  |  1985  |  1986  |  1987  |  1990  |  2000  |  2002  |  2003  | 

MOVIE : Charulata | Satyajit Ray | 1964 M le Maudit | Fritz Lang | 1931 Festen | Thomas Vinterberg | 1998 Offret | Le Sacrifice | Andrei Tarkovski | 1986 Le Cuirassé Potemkine | S.M. Eisenstein | 1925 Raging Bull | Martin Scorsese | 1980 Brutti Sporchi e Cattivi | Ettore Scola | 1976 The General | Clyde Bruckman, Buster Keaton | 1926 Ladri di Biciclette | Vittorio de Sica | 1948 The Maltese Falcon | John Huston | 1941 Rumble Fish | Francis Ford Coppola | 1983 Les Ailes du Désir | Wim Wenders | 1987 Traité de Bave et d'Eternité | Isidore Isou | 1951 On the Waterfront | Elia Kazan | 1954 Brazil | Terry Gilliam | 1985 Down by Law | Jim Jarmusch | 1986 Alphaville | Jean-Luc Godard | 1965 Scarface | Brian de Palma | 1984 Le Fanfaron | Dino Risi | 1962 Casablanca | Michael Curtiz | 1942 Citizen Kane | Orson Welles | 1941 In Mood For Love | Wong Kar Wai | 2000 Printemps, été, automne, hiver ... et printemps | Kim Ki-Duk | 2003 Dr. Strangelove | Stanley Kubrick | 1964 Third Man | Carol Reed | 1949 The Great Dictator | Charles Chaplin | 1940 Requiem for a Dream | 2000 | Darren Aronofsky Bonnie And Clyde | 1967 | Arthur Penn Les Triplettes de Belleville | 2003 | Sylvain Chomet Singin'in the Rain | 1952 | Stanley Donen et Gene Kelly Antonio das Mortes | Glauber Rocha | 1969 La Haine | 1995 | Mathieu Kassovitz Le Salaire de la peur | 1953 | Henri-Georges Clouzot C'eravamo Tanto Amati | 1974 | Ettore Scola Série Noire | 1979 | Alain Corneau Pink Floyd | Wall | 1982 | Alan Parker A Clockwork Orange | 1971 | Stanley Kubrick La Femme du Boulanger | 1938 | Marcel Pagnol Le Jour se Lève | 1939 | Marcel Carné Hôtel du Nord | 1938 | Marcel Carné Faces | 1968 | John Cassavetes La Nuit du Chasseur | 1955 | Charles Laughton Macadam Cowboy | 1969 | john Schlesinger Douze Hommes en colère | 1957 | Sidney Lumet Fahrenheit 451 | 1966 | Francois Truffaut La Valse des Pantins | 1983 | Martin Scorsese Le Pigeon | 1958 | Mario Monicelli Le Visage | 1957 | Ingmar Bergman Le Beau Serge | 1959 | Claude Chabrol Maarek Hob | 2003 | Danielle Arbid Rosetta | 1998 | Luc et Jean-Pierre Dardenne The Servant | 1963 | Joseph Losey Glenn Ford Quentin Tarantino Shohei Imamura Patrick Dewaere John Cassavetes Il Buono, il Brutto e il Cattivo | The Bad, The Good and The Ugly | Sergio Leone | 1966 Sergio Leone Johnny Got His Gun | Dalton Trumbo | 1971 David Lynch | Rabbits | 2002 David Lynch | Symphony No. 1 : The Dream of the Broken Hearted | 1990 David Lynch | Eraserhead | 1977

Rechercher sur le Blog 7 Art Cinema

Chargement...

Maarek Hob | Danielle Arbid | 2003


Titre Original : Maarek Hob Titre Français : Dans les champs de bataille

Pays : FRANCE-LIBAN Année : 2003

Réalisation : Danielle Arbid

Interprètes : Marianne Feghali (Lina), Rawia Elchab (Sihab), Laudi Arbid (Yvonne), Aouni Kawass (Fouad, le pere)...

Le 16/05/2004 La 36eme Quizaine des réalisateurs > Cannes > Quo Vadis Cinéma (Fr)
qvc@tiscali.fr
01 46 72 52 14 / 06 08 02 08 60

Extraits Allociné :


Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs
Dans les champs de bataille a été présenté en 2004 au Festival de Cannes, dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs. Le film a par ailleurs reçu le Grand Prix IMA (Institut du Monde Arabe) du long-métrage, lors de la 7e Biennale des cinémas arabes à Paris le jury était présidé par la comédienne Bulle Ogier.

Les intentions de la cinéaste
La réalisatrice explique pourquoi elle a choisi de situer l'action de son film dans les années 80, en pleine guerre du Liban : "Finalement parce que la guerre ne m'effraie pas. C'est dans ce sens-là que j'ai voulu faire ce film. Pour montrer comment on la vivait de l'intérieur. J'ai habité au Liban entre 1975 et 1990, je sais donc que l'être humain peut se familariser avec la peur et le danger. Je l'ai expérimenté. On peut rire et aimer en temps de guerre. Tous les sentients sont exacerbés, et la peur de mourir à chaque instant finit par procurer un sentiment de liberté inouï. On vit intensément."

Du journalisme au cinéma
Danielle Arbid est née à Beyrouth en 1970. Elle est partie du Liban à 17 ans pour suivre à Paris des études de littérature et de journalisme. Après avoir couvert entre autres l'actualité du monde arabe pour la presse écrite, elle se lance dans le cinéma, signant documentaires, fictions et films expérimentaux. Seule avec la guerre, documentaire sur les conséquences de la guerre au Liban, a été particulièrement remarqué lors de sa diffusion sur Arte et de ses passages dans différents festivals (Locarno, Lussas), et valut à la cinéaste le Prix Albert Londres audiovisuel en 2001.

Guerres intimes
Dans les Champs de bataille
mêle le conflit qui ravage un pays aux interrogations d'une adolescente : "Quand j'étais enfant, on déménageait souvent à cause des dettes de mon père. A l'époque, j'avais l'impression que notre drame était encore plus cruel et plus terrible que les bombes qui s'abattaient sur nous confie-t-elle." A mes yeux, la cruauté naissait dans la maison, c'est de là qu'elle partait et qu'elle contaminait le pays entier. Cette cruauté est au centre de Dans les champs de bataille. Je filme la guerre depuis la famille, comme si on se trouvait dans l'oeil du cyclone. On peut, en effet, me reprocher de ne pas beaucoup montrer les barricades, mais je n'ai jamais rien compris à cette guerre, ni aux autres d'ailleurs. Je n'ai aucun sens, aucune logique politique. Même en réalisant des documentaires, je ramène tout à mon expérience personnelle car je crois foncièrement à la subjectivité du propos et dans l'individu."

Lina dans la jungle
Danielle Arbid fait le portrait de son héroïne, Lina : "Lina est le pendant exact de son envionnement ; soit elle tue, soit elle meurt. Donc, elle tue. Elle s'adapte aux circonstances. Au début du film, elle résiste un peu, mais progressivement, elle se laisse happer par son univers. Elle a un comportement animal. Cette fille sait d'emblée, à l'âge de onze ans, qu'elle habite une jungle. Et elle devient obsédée par une idée fixe, celle d'être perçue par les autres et de faire partie de leur clan. Elle est, en quelque sorte, plus forte que la violence qui l'entoure car elle finit par l'apprivoiser."

Le goût du risque
La cinéaste revient sur le choix des comédiens : "Mes personnages sont tous dans une impasse. Quelque part, ils sont presque morts et je ne filmais que cette couche si fine de leur survie. Je voulais que les acteurs qui les incarnent soient donc marqués par la vie. Pendant le casting, je ne retenais que les gens avec qui j'avais envie de parler et dont je sentais qu'ils allaient prendre des risques. Par exemple, au départ, j'ai choisi une comédienne pour le rôle de la tante, mais qui appréhendait de dire le mot "pute". Au dernier moment, je l'ai remplacée. J'ai demandé à ma propre tante de jouer le rôle d'Yvonne. Ma tante n'avait jamais joué de sa vie, mais elle savait balancer "pute" avec classe. Et elle s'est avérée un personnage exceptionnel."

Aucun commentaire: